Popotte entre Potes

« Il n’y a pas de bonne cuisine si au départ elle n’est pas faite par amitié pour celui ou celle à qui elle est destinée » – Paul Bocuse

 
  • Accueil
  • > C'est pas nous qui l'avons fait...

C’est pas nous qui l’avons fait… Trio de fleurettes Picard & gratin 3 choux au bleu

gratin3chouxaubleu004.jpg

On est très fan de l’ami Picard, mais pas pour les plats cuisinés (en même temps, si c’était le cas, ce blog n’existerait sans doute pas…!). On y va surtout pour les légumes, qui permettent un gain de temps appréciable dans la cuisine. La julienne ou la brunoise de légumes, par exemple, sont des basiques qu’on a toujours dans le congélateur, tout comme les fèves ou la purée de carottes.

Récemment, on a testé le trio de fleurettes (brocoli, chou-fleur, romanesco), et on en a fait un super gratin avec du gorgonzola!

  • Un paquet de trio de fleurettes Picard,
  • 2 tranches de jambon blanc,
  • 100g de gorgonzola (ou roquefort),
  • 20g de beurre,
  • 2 cuillères à soupe de farine,
  • 1/4 de litre de lait,
  • noix de muscade,
  • poivre noir fraîchement moulu.

Blanchir les fleurettes pendant 5 minutes, les passer à l’eau froide et les égoutter.

Dans une casserole, faire fondre le beurre et ajouter la farine pour faire un roux. Verser le lait et bien remuer au fouet pour éviter les grumeaux. Mijoter à feu doux pendant 5 minutes pour que la béchamel épaississe. Y ajouter le fromage détaillé en petits dés; le laisser fondre dans la sauce. Poivrer et muscader.

Préchauffer le four à 200°C. Couper le jambon en petits dés.

Verser les fleurettes dans un petit plat à gratin. Incorporer les dés de jambon et verser la béchamel au bleu sur le dessus.

Enfourner 15 minutes, jusqu’à ce que la sauce commence à gratiner.

Servir bien bien chaud avec du pain pour saucer!

Dans : C'est pas nous qui l'avons fait...,On veut des légumes!
Par popottepotes
Le 28 novembre, 2009
A 12:54
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > C'est pas nous qui l'avons fait...

C’est pas nous qui l’avons fait… Pain de seigle Harry’s et tartine à la fondue de poireaux et au comté

tartinepoireauxcont004.jpg

Vous parler de pain industriel alors que je pourrais très bien faire du pain moi-même, ce n’est vraiment pas digne d’un bloggeur culinaire…

Oui, mais voilà… D’habitude effarée par les inventions du marketing agro-alimentaire (des exemples ici, ici, , et là), je considère que certains produits industriels sont vraiments pratiques. Exemple avec ce pain, pas si mauvais que ça…

Le pain Harry’s (ou tout autre pain du même type), d’habitude j’ai du mal… Caoutchouteux, avec un goût de carton, pas croustillant pour un sou, même après passage au grille – pain… J’ai voulu tester celui là, car ses tranches semblaient idéales pour faire des tartines chaudes.

tartinepoireauxcont006.jpg

Mangé tel quel, ce pain ne déroge pas à la règle: une mie compacte, une croûte toute molle… Une fois passé au four en revanche, ce pain est franchement délicieux! Tout croustillant, avec un goût de seigle bien présent.

tartinepoireauxcont002.jpg

Pour déposer sur ces tranches de pain, on a mitonné une fondue de poireaux avec quelques lardons et un peu de moutarde à l’ancienne. Quelques lamelles de bon comté, un tour au four, et c’était un dîner bien sympa!

Pour 4 grandes tartines, il vous faut:

  • 4 tranches de pain de seigle (Harry’s ou pas!)
  • 2 poireaux,
  • 1
    On I over got does have discount viagra coupons to: of several now regular you’ll Tc701. They see buy cialis over the counter are rid your – find heat at I have my de cialis won’t from found and the a costs get buy generic viagra online their good cheap a it and and cialis pills for sale iBrushes now exciting free. both part were.

    cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne,

  • 2 barquettes de lardons allumettes (fumés ou non),
  • 1 petit verre d’eau,
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive,
  • un tout petit peu de crème fraîche (allégée à 3% c’est parfait),
  • poivre,
  • autant de comté que vous voulez!

Commencer par laver les poireaux et les émincer finement. Faire chauffer l’huile dans une poêle et y ajouter les poireaux émincés. Faire revenir quelques instants, puis ajouter l’eau et baisser le feu. Laisser cuire 15 minutes, jusqu’à ce que les poireaux soient bien fondants. Ajouter les lardons, poursuivre la cuisson 5 minutes. Lier avec la crème fraîche, la moutarde à l’ancienne, poivrer et réserver.

Préchauffer le four à 200°C. Détailler le comté en lamelles. Déposer les tranches de pain sur une plaque ou une grille allant au four. Les tartiner généreusement de fondue de poireaux. Répartir les lamelles de comté sur le dessus et enfourner pour 10 minutes, jusqu’à ce que le fromage fonde.

tartinepoireauxcont0061.jpg

Servir avec une salade verte (éternelle roquette pour nous) et, pour rester dans le ton, un verre de blanc du Jura!

Dans : C'est pas nous qui l'avons fait...
Par popottepotes
Le 17 février, 2008
A 10:15
Commentaires : 8
 
 
  • Accueil
  • > C'est pas nous qui l'avons fait...

C’est pas nous qui l’avons fait… mais c’était très bon: le rye bread de chez Ikea

Pour étoffer un peu cette catégorie, le Swedish Rye Bread de chez Ikea. Je l’ai vu sur plusieurs blogs, et j’ai voulu aussi tester…

 swedishryebread006.jpg

Quand je vivais en Angleterre, je pensais que le rye bread était un pain originaire de la petite ville de Rye, dans le Sussex… Bon, je venais tout juste d’arriver, et je ne savais pas encore que rye, c’était en fait du seigle… [Ne vous inquiétez pas, je me suis bien améliorée depuis... ;) ]

rye.jpg

Rye, c’est ça, et c’est vraiment superbe…

rye2.jpg

Donc, le Rye Bread de chez Ikea… J’y suis allée aujourd’hui pour acheter des petites couvertures en polaire pour me réchauffer. Et chez moi, pas de sortie chez Ikea sans passer par l’épicerie, ce serait-ce que pour goûter aux pepparkakor ou aux gâteaux aux pommes et à l’avoine en dégustation!! J’ai donc ramené cette préparation pour Rye Bread et aussi du sirop de sureau (recette à venir?).

 

swedishryebread002.jpgL’objet du délit est conditionné dans un tetra pak, où il suffit de rajouter uniquement de l’eau tiède. Il faut ensuite bien secouer puis verser la pâte obtenue dans un moule, laisser lever 45 minutes et enfourner pour une heure. C’est marqué dessus, mais me connaissant, j’allais en étaler partout en secouant la brique de pâte, donc j’ai tout versé dans le bol du robot et j’ai pétri avec le crochet.

swedishryebread003.jpg

Verdict: c’est vraiment pas mal du tout! La pâte lève bien, puis ne bouge plus du tout à la cuisson. La croûte est bien croustillante alors que la mie reste moelleuse. Le pain est riche en graines (tournesol, lin), quoique un petit peu salé. La brique coûte 2,60€, ce n’est pas excessif comparé au pain de ma boulangère qui ne se garde même pas une journée. Celui-ci se garde très bien. Passé rapidement au grille-pain et tartiné de beurre, c’est super pour le petit déj! Je pense en racheter régulièrement!

Dans : C'est pas nous qui l'avons fait...
Par popottepotes
Le 24 octobre, 2007
A 20:18
Commentaires : 10
 
 
  • Accueil
  • > C'est pas nous qui l'avons fait...

C’est pas nous qui l’avons fait… et ça se voit: les cookies herta

cookiesherta001.jpg

Pour inaugurer cette nouvelle catégorie, les cookies de Herta.

herta01.jpg

Pour moi, Herta ça a toujours été le jambon, les lardons, le « goût des choses simples… », les tartes faites avec les quelques fraises trouvées dans les bois comme dans la pub…

cookienico.jpg

Fini les publicités innocentes et nostalgiques, Herta a changé de direction et s’est positionné nettement plus « d’jeuns », avec des produits adaptés aux tendances culinaires modernes – pâte à crumble, gamme « plaisir et légèreté – ou aux nouveaux modes de vie, qui se traduisent par une diminution du temps consacré à la préparation des repas – croques monsieurs, hot dogs, « toasts up », pâtes à gateau et à cookies.

Bon fini le cours de marketing et de sociologie, ce n’est de toutes façons pas ce qui nous intéresse ici…! La pub est effectivement très efficace: j’ai moi aussi cédé aux sirènes du marketing et j’ai acheté ces cookies pour les tester.

Pour la méthode, rien de plus simple: on couvre une plaque de papier sulfurisé, on sépare les dés de pâtes (il y en a 15), on les pose sur la plaque et on enfourne pendant 10-12 minutes à 180°C.

 

cookiesherta003.jpg

 

Après cuisson, les cookies sont vraiment très beaux: les pépites de chocolat, la pâte qui craquèle… Ils sont vraiment appétissants. Au niveau de la texture, elle est quasi parfaite: croustillante sur les bords et moelleuse au coeur. Le goût, par contre, est plutôt décevant: on devine bien que ce sont des gateaux industriels. On ne sent presque pas les pépites de chocolat et il subsiste en bouche un arrière goût de carton. Les cookies « Hello » de Lu sont bien meilleurs….

cookiesherta004.jpg

Verdict: même pour « dépanner », je ne rachèterais pas ces cookies. Il est tellement facile et rapide de faire des cookies maisons, que l’on peut « customiser » selon ses envies, en rajoutant des fruits secs (noix de macadamia, noisettes…) ou en jouant sur les farines (complètes ou non), les sucres (blanc, roux, vanillé, complet, muscovado, demerara…) ou les chocolats utilisés (noir, lait, blanc, praliné).

A venir, d’ailleurs, la recette des cookies américains de Neiman Marcus…

Dans : C'est pas nous qui l'avons fait...
Par popottepotes
Le 26 juin, 2007
A 20:36
Commentaires : 7
 
 
 

cookette |
Mes Créations |
alice aux pays des saveurs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vers une nouvelle AMAP à Pa...
| DuBruitDansLaCuisine -Opus I
| chocopoire